Saga postale – episode 1 : l’Initiation.

Cher Journal,

Je reviens vers toi en ne quittant pas la thématique du monde du travail. Car oui, j’ai un travail. Et quel travail ! Celui de facteur à La Poste ! J’ai même le petit gilet qui va bien (#swag) mais toujours pas de badge pour pénétrer dans le dépôt… Mais, la dispersion me guette si je continue de la sorte aussi laisse-moi te narrer par le menu et dans l’ordre ce qu’il advient de ma personne.

Jamais entretien d’embauche ne fut aussi rapide : quelques minutes tout au plus. La prise de poste doit être imminente pour une mission d’utilité publique. Ha bon ?! Il faut prêter serment ? Comme un chevalier des temps moderne ? Soit ! C’est amusant et tel sera un peu mon rôle, vaillant messager battant la campagne, délivrant le message en tout lieu et en tout temps. Le chef me tend un feuillet irradiant encore la chaleur de la photocopieuse. A claire et tonnante voix, je perpétue la tradition et jure de n’ouvrir ni colis ni courrier destinés à qui de droit. Me voila écuyer d’un vétéran qui a trois jours pour m’apprendre toutes les ficelles du métier. Cette étape à un nom. Elle s’appelle la doublure… Qu’est-ce qu’il te fait le plus tiquer ici Cher Journal ? La terminologie fort peu inspirée pour cette exercice de transmission du savoir ou les trois petits jours de formation ? Ne dis rien ! Tu répondras à la fin de ce billet. Ha ben non, tu ne peux pas c’est vrai.

1060622-le-logo-la-poste
Notez la progression : dés 1934, le logo anticipe l’émoticône de la tristesse infinie. Quelle révélation se cache derrière celui de 2011 ?

Mon mentor m’accompagne donc sur sa position et mes yeux s’émerveillent à la vue d’un nouvel univers fantastique. Imagine une grande halle divisée en secteurs géographiques eux-mêmes subdivisés en tournée. On pourrait faire le parallèle avec un marché mais je souhaite encore filer ma métaphore chevaleresque. Après salutations d’usages et présentations, nous nous retrouvons face au casier. Quatre lignes superposées de petites cases en rangs serrés nous font face. Sous chacune d’elle un numéro ou un nom. Et encore en dessous, une couleur représentant la rue, le boulevard, ou un lieu osef parce que c’est la campagne. Par exemple, le Boulevard Général de Gaulle (#originalité) comprend les numéros 26 à 53, dans le désordre. Tu noteras Cher Journal que certains secteurs n’ont pas de numéro. La distribution se fait alors au nom, voire au prénom  si une famille étend sa domination sur une colline.

« Tout ceci ne me dit rien qui vaille, ai-je alors pensé. »

En effet. Les caisses de lettres arrivent de toute part et s’entassent à qui mieux mieux sur le bureau (pour les gamers, visualiser un rush zerg avec moins de dents mais plus de  timbres (c’est flippant), pour les autres, vivez avec votre temps crénom !).

-Mais diable ! Par où commencer ? Il y en a partout !

-Ne te laisse pas intimider escuyer ! Sois comme le noble félin dans la savane, attaque le plus faible ! On se fait les petits en premier ! Qu’oblitère si je faiblis !

Autant dire qu’en ce premier jour, je n’ai pas franchement brillé. Alors que mon mentor enchaînait manchette et moulinet pour envoyer valdinguer la horde de papier dans ses cases, j’hésitais et scrutais longuement la liste de noms et de numéros, forçant mon cerveau à enregistrer le plus d’informations possibles. Si les numéros sont plus simples à discriminer, l’enjeu est tout autre en leur absence.

-J’ai l’impression que mon cerveau va exploser.

-Les premiers temps ici, tu vas être bombardé d’informations. A tel point que certains prennent la poudre d’escampette très rapidement.  Tu vas tenir le coup ?

-Ça dépend, ça dure combien de temps « les premiers temps » ?

-Ca dépend, ton contrat va jusqu’à quand ?

-10 jours.

-…

-…

img_20160917_075440
Jeu : range le courrier dans les bonnes cases ! Attention, seule la moitié est numérotée ;  aussi, retiens bien les noms et prénoms des boites aux lettres restantes. Après, on ira sur le terrain jouer à « trouve la boite aux lettres de M. Jean-Michel Quidam ».

Gros bisous.

Laisse donc un mot.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s