Conques

Cher Journal,

Je rentre d’un nouveau séjour en Aveyron. J’aime bien l’Aveyron. Niveau pitance, c’est pas les derniers. Et il y a tout plein d’arbres : des chênes et des châtaigniers. Mais aussi d’étranges cités spécialisées dans le tourisme et le pèlerinage : Conques. Je te raconte.

Rallier Conques depuis Rodez n’est pas une mince affaire. Il y a un peu moins d’une quarantaine de kilomètres à parcourir au travers d’une route serpentant de plus en plus au fur et à mesure que les collines s’étirent en hauteur et que la vallée se resserre. Heureusement, Marcillac, le village toute rose et son agréable marché du dimanche, me permit de m’approvisionner en farçous et en pascades (les pains elfiques locaux). Tant qu’à y être, autant profiter de la terrasse d’un troquet pour déguster une rasade de rouge provenant des coteaux trônant sur les hauteurs. Cépage Mansois a priori : fort parfumé en premier nez, très léger en second, à peine sirupeux, son goût fruité un tantinet fort reste agréablement en bouche bien après la dégustation. Mais revenons à la pérégrination. La route en lacet contourne entièrement Conques, faisant grimper le voyageur sur un chemin arboré. Une fois les toits aperçus, la chaussée redescend amenant à un parking implanté à l’Est de la bourgade.

A l’image du versant abrupte sur lequel est construite Conques, la ville s’étale sur plusieurs niveaux. Les faîtages de l’abbatiale en contrebas culminent au niveau des terrasses des bâtisses du centre. Et ainsi de suite pour ces maisons avec celles plus haut. La pierre est rose, parfois banche ou grise,  les toits chiadés sont en lauze ou en ardoise, les colombages sont joliment entretenus, les tenanciers fort agréables.

 

Vue de Conques village depuis l'Est
Moi je dis que c’est beau.

 

Vue de Conques depuis l'Ouest
Sans les touristes, vous êtes dans Age of Empire 2. Comprenne qui pourra.

 

Conques : le choeur vu de l'extérieur.
Jaaaaaaaaques !

 

Officient dans la ville quelques guides qui se proposent d’enrichir la visite. J’aime bien les guides. Toutes celles que j’avais eu jusqu’à présent étaient de jolies demoiselles cultivées et passionnantes… Ahem ! A Conques, le tour se concentre sur une partie de l’imposante abbatiale et de l’ancien cloître y attenant. Je dis ancien car il n’est plus fermé depuis belle lurette. Tiens, encore une jolie image pour toi.

 

L'abbatiale de Conques : façade sud
Cette abbatiale arbore rien de moins qu’un tympan de l’Apocalypse !

 

Ville étape sur le chemin de Compostelle, les pèlerins se retrouvent ici sous l’égide de Sainte Foy.  Je ne peux pas résister à la tentation de t’en dire un mot sur le sujet Cher Journal. L’imagerie médiévale et moderne se mélange pour rendre hommage à l’héroïne. Du Moyen Âge, il reste une chanson en occitan dont les couplets écrits sur les murs font face à plusieurs scènes peintes datant du XIVe ( et malheureusement fort dégradées). De moderne, la traduction de la ballade agrémentée de vignettes de bande dessinée aussi subtiles qu’une propagande d’avant-guerre. Le propos est le suivant : chanter le courage (?) d’une jeune fille de 13 ans qui a refusé à trois reprises de sacrifier à l’empereur de Rome. Par cette étrange expression s’entend le fait de reconnaître et de se soumettre à celui qui dirige tout l’empire. De stature divine, la figure de l’empereur est un ciment pour les territoires vastes et différents qu’il gouverne. La propension des chrétiens à qualifier de  démons tout ce qui ne rentre pas dans leur dogme revient à rejeter un des piliers sur lequel repose Rome. Rome ne faisait pas preuve d’intolérance religieuse (elle avait quand même un temple dédié aux dieux inconnus), elle ne tolérait pas qu’on sape les principes sur lesquels elle reposait, ce qui est un tantinet différent.

Les trois refus constituent aussi un élément intéressant. Ils montrent que la jeune Foy devait être issue de l’aristocratie. Plus indulgente envers ses élites que le bas peuple, nombre de procès verbaux de juges ont été retrouvés montrant ces-derniers ajourner la séance pour que l’accusé prenne le temps de la réflexion, et pour éviter le pire. Mais là encore, devenir martyr, c’est à dire témoigner de sa foi, est un peu le truc à la mode chez les chrétiens à cette époque. Avec une mort violente c’est mieux, en témoigne la nomenclature infinie de saintes et saints écartelés, empalés, énuclées, et autres joyeusetés. Il faut dire que ça commence fort. Jésus est crucifié et son second, jouant dans la surenchère, l’est également mais la  tête en bas. La douleur doit être une sorte de fastpass pour la grimper la hiérarchie céleste.

En ce qui concerne le « courage » de cette petite fille d’a priori 13 ans, j’ai comme un doute. Et je l’explique avec un parallèle hasardeux et contemporain. L’islam radical est plutôt porté sur le martyr lui aussi. Et on a pu observer dans la jeunesse des « vocations » pour le djihad armé. D’un certain point de vue, c’est du « courage ». D’un autre, on crée des centres de déradicalisation pour essayer de rattraper le truc. Ceci en tête, je trouve ça particulièrement malsain de s’extasier devant une gamine qui court à la mort.

Pour finir sur une note plus douce, je t’invite à contempler les têtes de colonnes (chapiteaux) du Moyen Âge. C’est la première fois que j’en vois de tels ! Ils représentent la soldatesque locale (reconnaissable à sa moustache). Les yeux sont percés, ce qui signifie qu’ils devaient être ornés de pierres précieuses ! Caramba ! J’arrive trop tard !

 

Conques : détails de chapiteaux - Deux soldats avec lances et boucliers (dont un arbore une superbe moustache) y sont représentés.
Dans le fond, l’entrée gardée menant aux trésors de Conques : des reliquaires de toutes les époques richement ouvragés. Pour rappel, un reliquaire contient un tibia magique ou un autre os de quelqu’un… Voila, voila, voila…

 

Gros bisous.

Laisse donc un mot.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s