Tuto : rester serein pendant une pandémie

Cher Journal,

Je spoile tout de suite  : c’est pas possible. Mais dans ces lignes, je vais essayer de mettre des mots sur ce qu’il se passe autour de nous, dedans nous, et qu’est-ce qu’on peut y faire, si tant est qu’il faille faire quelque chose.

Autrement dit : « comment gérer un chamboulement de classe Pandémie dans ma petite vie plus ou moins pépère ? »

C’est parti.

Photo montrant le policier Franck Drebin joué par Lieslie Nielsen, criant qu'il n'y a rien à voir, avec un grand sang froid, alors que tout est en feu autour de lui. Tiré du film Naked gun.

 

A QUOI ON FAIT FACE ?

La menace

Un virus taquin dont le deuxième effet kiss-cool (cette référence fonctionne-elle toujours en 2020 ?) est de modifier la perception de notre environnement. Un risque intangible rode : on se sent moins en sécurité et notre vigilance grimpe.

Ajoute déjà un point « flipette » à ta fiche personnage 😉

Le confinement

Sur le papier, c’est trop cool ! Ça consiste à rester chez soi, avec internet, un canapé, sa famille ou des animaux ou les deux (c’est parfois difficile de faire la différence) et plein de loisirs en attentes.

Dans les faits, c’est comme si tu roules en Subaru à grande vitesse et que tires un grand coup de frein à main. Ça secoue ! Ton cerveau consomme énormément d’énergie, c’est pour ça qu’il aime bien la routine, dût-elle être à un rythme endiablé. Et d’un coup ! Paf ! Changement de paradigme à durée pas franchement déterminée. Il doit faire un effort pour réorganiser sa vie. Et c’est difficile parce que dans un coin de ta tête rode la menace évoquée plus haut.

Alors oui, on ne va pas faire la guerre dans les tranchées, oui, on ne fait pas fasse à la peste bubonique mais, des considérations pratiques demeurent :

  • Vais-je tomber malade ?
  • Mes proches sont-ils malades ?
  • Vais-je contaminer mes proches ?
  • Je suis chômeur : « PFFFFfffffffffffffffffffff ».
  • Je suis intérim : « Je commence à transpirer à grosse goutte. »
  • Je suis employé de petites boites ou artisan : « Allo la compta/ le patron ? Niveau reins, on est solide comment ? »
  • Je suis dans une plus grosse boîte : « Combien vais-je perdre à la fin du mois ? »
  • Je suis dans un des secteurs sollicités par la crise : »Est-ce le travail ou le virus qui va me tuer en premier ? Et accessoirement, mes voisins vont-ils me considérer comme un pestiféré ? »

Rajoute tous les points « flipettes » que tu veux.

Et pour plus de détails sur cette partie, je te recommande la vidéo de Psykocouac : le confinement. Psychiatre de son état, il explique comment tout ceci t’impacte.

Les messages du gouvernements

Sans rentrer dans le débat, il y a des incohérences. Cela fausse notre perception de la menace, augmente le sentiment d’incompréhension ce qui peut pousser les gens à minimiser le danger et à s’exposer.

Ajoute un point « flipette », « rage »  ou « blase  » ou les trois à ta fiche perso.

La couverture médiatique

L’information est surabondante. Pour ce que j’ai pu en observer, les bonnes nouvelles sont rares, les témoignages sont légions et la limite entre faux et avéré n’est parfois l’objet que de quelques heures.

Si tu consultes la presse au moins une fois par jour, rajoute un point « flipette », « rage » ou « blase ».

Les réseaux sociaux

Ce la guerre totale ! Si tu t’es fait happé comme moi, tu as dû t’arracher les cheveux plus d’une fois, peu importe ton opinion. Tu as peut-être même tenté d’argumenter, à tort ou à raison. Après tout, c’est grave et il y a des vies en jeu. Alors tu as peut-être fait face à des murs. Ou à des gens qui hurlent aux loups, d’autres avec, chacun accusant l’autre d’en être un. Ceux qui prennent la parole un peu trop hasardeusement finissent quelques jours plus tard entravés à l’impitoyable pilori d’internet. Au nom des enjeux de premiers ordres ! Et les nerfs sont à vifs. On devrait penser à l’après. Si on s’écharpe trop maintenant, on risque de sortir de crise comme on se réveille d’un mauvais rêve en se demandant ce qu’il vient de se passer. Ce que je veux dire c’est que la période est propice au cyber-harcèlement. Là encore, peu importe tes opinions.

Pour chaque notification que tu as vu passé sur le sujet, ajoute un point « flipette », « rage » ou « blase ».

En résumé :

On se bat sur plusieurs fronts :

  • Le virus,
  • La réorganisation de sa vie et de son foyer,
  • La perte de visibilité à moyen terme (valable pour ceux qui en avaient une, pour les autres, ça obscurcit encore un peu plus l’horizon)
  • La recherche d’informations pour essayer d’établir une visibilité et d’agir en conséquence.

Tu l’as sans doute deviné, ce système de points d’émotions est juste là pour mettre en avant le fait qu’on macère dans une ambiance bien anxiogène, et qu’on y replonge parfois volontiers. Ce trop plein de stress et d’émotions impacte notre capacité à réfléchir et peut favoriser l’action impulsive. Garde aussi en tête que les émotions négatives ont tendances à s’auto-alimenter comme le rapporte Daniel Goleman dans son groooooooooooooooos bouquin, L’intelligence émotionnelle.

 

BON BEN ON FAIT QUOI ALORS ?

On va devoir s’adapter et tenter de garder la tête froide, ou tiède, à tout le moins. Je ne prétends pas avoir la solution mais voici quelques pistes. Pistes que, bien entendu, je n’applique pas rigoureusement voire, pas du tout.

 

La première piste est trop facile

C’est une vidéo Benjamin Lubsynski – 4 conseils pour gérer le confinement. Un psychologue qui a le bon gout de proposer des vidéos d’hypnose et même d’auto-hypnose pour apprendre à se relaxer tout seul. C’est ce que je devrais être en train de faire actuellement au lieu d’écrire.

Maintenant que ça fait une semaine qu’on est confiné, il est peut-être temps de s’astreindre à une nouvelle routine. Borner sa journée avec des activités variées, quitte à se faire un agenda. Ce qui permet accessoirement de penser à autres choses.

Limiter son accès à l’information et aux réseaux sociaux

De toutes façons, l’actualité varie avec une telle intensité que cliquer inconsciemment sur ses notifications comme si on était prisonnier d’une boîte de Skinner n’avance à rien. Mais c’est super dur de renoncer à se connecter. C’est un geste si simple.

Dans l’idéal, j’aimerai me connecter qu’une fois par jour, pas une session de 4h s’entend. Moi, j’ai déjà échoué au moins 113 fois aujourd’hui.

Dessin montrant le ninja juif Kyle refusant d'abandonner son nunchaku tout neuf qu'il vient d'acheter.

Mon objectif : me contenter du point quotidien du Directeur Général de la Santé diffusé sur la chaîne Youtube de l’AFP (ce lien mène sur celui du 25 mars) et de compléter avec deux ou trois unes éventuellement. Quand ils sont animés par Jérôme Salomon, le point est sans fioriture. Quand c’est le ministre qui s’y colle… Hé bien je vous suggère de passer la vitesse de lecture à 1.25…

Faire preuve de prudence quand je surfe sur internet, vis à vis de la notification, mais aussi de moi-même.

Dans la situation actuelle, nos actes, en l’occurrence nos likes, nos partages et nos commentaires, ont un peu plus de répercussions que d’habitudes. Relayer une fausse nouvelle revient au mieux rajouter au marasme ambiant, au pire, à participer à la diffusion du virus en encourageant des comportements inconsidérés.

Peut-être que la bonne réaction vis-à-vis d’une notification qui nous prends aux tripes, qui nous brosse un peu trop dans le sens du poil ou qui fait résonner très fort notre empathie, est de ne pas réagir du tout. Ou alors pas à chaud. Ou si réaction il y a, c’est pour vérifier l’information. C’est peut-être d’ailleurs bon moment pour affuter son esprit critique.

La méthode utilisée en Histoire est pas mal. C’est un ensemble de question que l’on va se poser avant même de regarder le document.

*La période (quand?) : Bon ben c’est maintenant quoi. Mais pourrais-tu en faire un portrait précis ? Lui donner un sens ?

*Le support (quoi ?): presse quotidienne, blog, site de commerce, coupure de presse, communiqué officiel, journal intime, inventaire de magasin, polyptyque d’Irminon, etc. Ça permet de répondre à la question suivante : à qui s’adresse l’auteur ?

*L’auteur lui-même (qui ?) : y a-t-il des informations sur lui ? Une page Wikipedia ? Une autobiographie ? Une référence dans la presse ? Dans une revue scientifique ? Est-il engagé politiquement ? Quelles sont ces croyances ? De quoi vit-il ? Etc.

*Le thème : basiquement, de quoi ça parle et où veut en venir l’auteur. Pour le trouver, résume en une phrase courte l’article que tu viens de lire. Est-ce que l’épidémie est le sujet ou juste un prétexte ? Et au passage, qui d’autres en parle.

Après, ne te prends pas trop la tête, généralement, en 2 recherches Google, c’est plié. Et les zététiciens ont mis en place tout un panel d’outils pour vérifier rapidement. Globalement, si :

  • Pas de sources,
  • Commentaires désactiver,
  • Auto-produit,
  • Usages abusifs de sophismes (arguments d’autorité, appels à la Nature, etc)
  • El Famoso « Je ne suis pas complotiste » en début de vidéo,

tu es endroit d’émettre de sérieux doutes. Mais c’est aussi le cas quand tout ce que tu entends te plaît. Et là c’est dur, là c’est vicieux : croire savoir. En un mot comme en cent, pour plagier un tweet célèbre de l’OMS : « Vérifier, vérifier, vérifier. » Je traduis :

NE PAS RÉAGIR A CHAUD !

Je l’écris en gros aussi pour moi.

Aère-toi la tête. Sans ça, pas de prise de recul, pas de relâchement émotionnel, et tes biais et ton impulsivité s’en trouveront renforcés.

Maintenant, je retourne sur mon jeu vidéo.

Prends soin de toi et des tiens. Reste au chaud.

Gros bisous.

 

Récapitulatif des vidéos hébergées par Youtube citées ici :

Psykocouac : le confinement.

Benjamin Lubsynski – 4 conseils pour gérer le confinement

Point quotidien du Directeur Général de la Santé diffusé sur la chaîne Youtube de l’AFP (ici, c’est celui du 26 mars)

Réparer une émotion, une réflexion sur l’empathie menée par Dirty Biology.

Je rajoute la dernière vidéo de Dirty Biology spécifiquement sur l’épidémie.

 

Merci à Hygiène Mentale et son art consommé du questionnement (aucun lien de parenté avec l’inquisition espagnole) avec qui j’ai pu échanger sur ce sujet, ce qui m’a bien aidé pour mettre de l’ordre dans ma tête.

Laisse donc un mot.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s