Ballade printanière : site de Calès

Cher Journal,

Aujourd’hui, je t’emmène en ballade dans un lieu que j’affectionne particulièrement : le site de Calés à Lamanon.

La route serpente et se rétrécit. Le bitume disparaît peu à peu pour laisser place à la terre battue. A droite, un petit terrain vague entouré de chênes fait office de parking de fortune. Cinq voitures peuvent y stationner tout au plus. C’est ici que nous descendons, le reste s’effectue à pied. Il nous faut traverser le chemin et un bas-côté irrégulier, l’occasion de passer à côté d’une fontaine massive, partiellement recouverte de mousse, de laquelle ruisselle un fluet filet produisant un discret clapotis.

En levant la tête, tu peux voir une forêt de feuillus, principalement des chênes verts plus petits que leurs congénères des régions plus douces en été. Rare en Provence, c’est une véritable invitation à venir profiter de la fraîcheur de son ombre. Au-dessus de la frondaison, des falaises de gré au teint ocre s’offre à tes yeux.

Pour s’approcher du cirque, il nous faut cheminer majoritaire sous le couvert des arbres sur un chemin irrégulier et plus ou moins rocailleux. Bien vite, nous atteignons une clairière. En son centre trône une chapelle de style roman dédiée à saint Denis. Brute, imposante malgré sa petite taille, érigée avec ce fameux gré ocre, elle est aussi simple que lumineuse lorsque les rayons du soleil réchauffent ses façades. Prendre à gauche ici nous permettrait, moyennant un cheminement un peu hasardeux, de trouver des vestiges dédiés à sainte Marie et à saint Jean. À cause de la colline et du feuillage, le soleil ne perce jamais la-bas. Le bâtiment est en ruine. De gros blocs aux arêtes arrondies jonchent le sol de-ci delà, reposant sur un humus odorant. Les murs porteurs sont encore visibles puisque certains culminent presque à hauteur d’homme. Il reste également une grande arche orientée sud mais, son état ne présage rien de bon tant la végétation a fait sienne chaque anfractuosité exploitable.

chapelle saint Denis, site de Calès, Lamanon, Provence
Évidemment, ce jour était nuageux…

Aujourd’hui, nous continuons tout droit, plein sud, sur un ancien chemin qui rallie le village actuel. En plus de la végétation abondante, d’énormes rochers couverts de mousse décorent ce paysage de jardin japonais laissé à l’abandon. Ces imposants rocs se sont décrochés de la falaise, ont dévalé la pente pour venir s’échouer en bordure de chemin, certains emprisonnant un arbre, ou ce qu’il en reste, sous leur implacable pesanteur. Le dénivelé augmente progressivement aussi surement que la visibilité se réduit, même si de nombreuses sentes se devinent. C’est d’ailleurs ici que nous pouvons apercevoir le troupeau chèvres si nous arrivons au bon moment l’après-midi. Elles s’entendent avant de se voir grâce à leur cloche couvrant le chant des oiseaux. Le troupeau est gardé par son inénarrable chevrier, parfois marchant de manière approximative alors que son sac à dos est grand ouvert, comme sa chemise. Il prend alors fermement appui sur son patou, ce qui donne un sens insoupçonné à l’appellation ‘chien de berger’.

La pente devient plus raide et le chemin prend des allures de lit de rivière desséché tant le ruissellement des pluies l’a creusé. Alors que l’effort s’intensifie, bientôt nos pieds grimpent sur une marche en pierre. Pavée en tout venant, il nous faut gravir une sorte de large escalier irrégulier dont chaque giron ferait 4 ou 5 mètres. La progression n’est pas aisée mais la récompense est toute proche : un mur qui ne doit pas dépasse les trois mètres de haut nous barre la route. Il nous invite à le longer sur quelques pas, l’occasion de découvrir la rondeur des pierres utilisées et de nous interroger sur sa grandeur initiale. Et nous voila sur une toute petite esplanade. Derrière nous, ‘l’escalier’ ; devant, une sente continue de longer le mur et se perd dans les feuillages ; à gauche, une ouverture avec clef de voûtes nous invite à rentrer dans le cirque de Calès.

Vestiges dans le cirque de Calès, Lamanon, Provence

Nouvel escalier, ou ce qu’il en reste, et à chaque pas se dévoile un peu plus le site gorgé de soleil. Une herbe rase quasi immobile jonche le sol duquel affleure des rocs polis par les pluies. D’autres plus massifs ont été creusés. Car c’est une particularité de cet endroit : il abrite de nombreux troglodytes. Une partie des maisons, quand ce n’est pas la demeure entière, se niche dans la roche marquée d’une multitude de coups de piolet. Entre autres stigmates du travail humain, des réservations accueillant solives ou poteaux permettent de spéculer sur comment devait être telle ou telle demeure. Il y a même un système de gouttière lui aussi creusé dans la roche. A l’est et à l’ouest, les falaises de gré gardent le site, au nord et au sud, un mur d’enceinte. La partie occidentale est d’ailleurs accessible. Soit par le petit sentier qui nous faisait face avant de rentrer, soit par le sud, ce qui nous permet de longer un reste de fortification agrémentée de mâchicoulis protégeant l’escalier. Là aussi, le chemin a été lessivé par les pluies d’autant plus que le dénivelé est à nouveau conséquent. Les troglodytes quant à eux sont de plus en plus spacieux et élaborés. Si vous avez l’œil, vous pouvez même détecter la démarcation d’un ancien enduit là ou devait être posé une huisserie qui n’est plus.

Entrée sud du site de Calès, Lamanon, Provence
Il faut ressortir avant de pour accéder au nouvel escalier menant au plateau. je me demande s’il n’y avait pas un escalier à l’intérieur avant.
Machicoulis et meurtirères gardant l'accés au plateau, Lamanon, Provence
Le mur est éventré sur le côté, ce qui nous pemet de jauger de son épaisseur. C’est large.

Sur le plateau trône une statue à notre dame de … heu… de l’OM si je me fie aux couleurs qu’elle arbore. Les traces d’anciens bâtiments sont encore visibles au sol et je suppose que le lieu de pouvoir devait être perché ici. En effet, l’accès sud est gardé par un mâchicoulis et celui du nord par un étroit chemin taillé à même la falaise et portant encore les traces de gonds massifs. D’ici, on a une vu dégagée sur plusieurs kilomètres à la ronde. Au sud, on aperçoit le château de l’Empéri gardant Salon de Provence. A l’ouest, celui d’Eyguière qui faisait office de garnison. Roquemartine est son petit nom. On lui préfère parfois celui de « château de la reine Jeanne », comme tous les forts du coin cela dit. Au nord, on devine Avignon. Aux environs proches, on surplombe une mer verte de chênes, de pins, de quelques tilleuls et autres cèdres plus rares encore.

Falaise est arborant des troglodytes et des marques de constructions passées, Lamanon, Provence
Enfin une photo par beau temps ! Cette falaise est à l’est du site. Point de vue depuis sa voisine à l’ouest.

Cet endroit magique a été habité à différentes époques, de manière discontinue. Je crois savoir que les plus anciennes traces remontent au néolithique. Ensuite, le cirque a été exploité comme carrière de gré mais la porosité de cette pierre lui a valu son déclin. Il est mentionné des traces d’occupations lors de périodes de crise comme les guerres de religions. L’histoire se finit mal pour les retranchés si ma mémoire est bonne.

De nos jours, c’est un lieu relativement peu fréquenté, ce qui n’est pas pour me déplaire. La dangerosité du site doit faire son petit effet. Outre les chèvres, et moi donc, il attire quelques sportifs à pied ou à vélo ainsi que des touristes plus classiques. C’est un endroit propice pour se cacher dans un coin avec quelques victuailles seul, entre amis ou en amoureux. Les grottes sont nombreuses, certaines débouchent à flanc de falaise ce qui permet d’admirer de magnifique couché de soleil. Comme par exemple depuis la Grotte des Voleurs… Mais shhht ! Je n’en dirais pas plus à ce sujet.

Gros bisous.

L’article Wikipedia du site de Cales, avec quelques photos en plus, de meilleure qualité.

PS : les photos sont de moi ^^’

Une réflexion sur “Ballade printanière : site de Calès

Laisse donc un mot.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s