La hache d’Ockham

Cher Journal,

J’étais paisiblement en train d’affuter ma hache quand je m’interrogeai soudain : cette arme cet outil a-t-il besoin d’être aussi coupant qu’un rasoir ? Et, rien à voir mais, n’aurai-je pas transformé mon rasoir d’Ockham en arme d’hast ?

… Oh wait !

 

Un joli dessin de hache réalisé par SaeedRamez sur Devianart

 

C’est qu’il y a peu, alors que le confinement était levé, nous voila partis avec deux amis pour l’ascension des Alpilles avec une halte pique nique dans des ruines romaines. Autant te dire que le cubi de blanc et la chaleur printanière ont rapidement eu raison de nos ardeurs sportives. Aurions-nous vu trop grand ? En ce qui concerne la boisson, clairement pas mais, je m’égare déjà.

Alors que nous rebroussions chemin pour rêvasser une fois de plus dans les vestiges du chanteau de Roquemartine, le thème de l’homéopathie fit une brusque apparition dans nos discussions. J’accueillis ce sujet avec un cinglant :

– Et sinon, tu savais que la Terre est ronde ?

C’était violent. Je m’en aperçus trop tard et je présentais mes excuses. Mon ami se lança dans un argumentaire un peu caduque que je ne retranscrirai pas ici puisque ce n’est pas mon objet. J’écoutais d’une oreille et pensais que la culture scientifique et la rhétorique souffraient d’une trop grande méconnaissance. Je me disais que je pouvais (devais ?) servir un cours magistral pour expliquer les tenants et les aboutissants des effets contextuels (placebo), de la statistique, de problèmes éthiques et philosophiques que me pose cette pratique. Mais, je n’en avais absolument pas envie. Peut-être lui non plus d’ailleurs. Et puisque ça marche pour lui, est-ce pertinent de ma part de prendre le risque de tout casser ? Tant qu’il n’y a pas de retard de prise en charge, après tout pourquoi pas. Je me disais aussi que la technique du tir de barrage argumentaire aboutirait probablement au braquage de la personne. La maïeutique de Socrate était la clef ! Aussi passais-je en vain tout le trajet à chercher une question pertinente…

Une autre question me taraudait l’esprit. D’où vient que je me sois ainsi emporté ? Ce qui est moins ubermensch nietzschéen que guerrier de la  justice sociale de Tweeter.

Un ou deux soirs plus tard, alors que l’anti-télé que je suis se repaissais paresseusement des recommandations Youtube (#dissonancecognitive) une vidéo capta immanquablement mon attention. Au milieu d’une frondaison de vignettes sceptiques, zététiques (et Dragon Ballesques, j’avoue…), je cliquais sur une vidéo de démystification. Affaire sordide, un usurpateur se serait fait passer pour un expert des meurtres en série pour son seul bénéfice. J’emploie le conditionnel parce que je ne connais rien de cette affaire. De même que je terrai le nom de la personne incriminée pour ne pas en rajouter. La première partie est une enquête rondement menée qui revient sur une grande partie des affabulations proférées. La deuxième, une réunion de ce qu’il convient d’appeler des chefs de file de la communauté sceptique venus découvrir et saluer le travail effectué. Pour ce que j’en ai vu, il n’y avait pas de contradicteur. Puis, un malaise grandissant m’a fait couper. Déjà parce qu’une heure et demie de documentaire sur une sorte de fossoyeurs de tueurs en série, c’est dur à encaisser (et je me demande encore pourquoi je me suis infligé ça), ensuite parce la forme me chiffonne énormément. Le reportage se drape d’une mise en scène sensationnaliste et  conclut sur une possible maladie mentale de l’accusé. Celui-ci fait manifestement son beurre sans aucun respect pour la souffrance des victimes et usurpe le travail d’experts américains (qu’aucun journaliste n’a jamais chercher à vérifier… Mais p**** !). S’il est vraiment malade, est-ce juste de le placer au pilori ? Serait-il sain que ça changerait quelque chose ? N’aurait-il pas mieux fallu fournir cette enquête aux associations de famille pour les aider juridiquement plutôt que, quelque part, leur offrir une vengeance médiatique ? N’est-on pas à la croisée des chemins entre un jury populaire autoproclamé et des héros méprisant les lois (de l’éthique à tout le moins) pour rendre la Justice ? Viendrai-je d’assister à la naissance de la Justice League ou plutôt des Avengers ? Vais-je trop loin ? D’autant plus que je n’ai regardé que le début du direct… Je n’aime pas les directs de vidéastes d’internet. Le ‘laïve’, ou comment troquer la qualité contre la ‘convivialité’ alimentée par l’espoir que son commentaire sera lu. Seraient-ce les mêmes mécanismes que la loterie ?

J’avais pensé très fort à tout ceci lors d’une douche un peu trop longue au cours de laquelle les bouteilles de shampooings étaient unanimement d’accord avec moi. Il était temps de finir de sécher sur le canapé devant une bonne vidéo Youtube bien sûr ! À nouveau, pléthore de vidéos sur les thèmes évoqués plus haut. Alors que j’écarquillais les yeux, une bulle de savon invisible qui avait survécu au rinçage en profita pour trouver son chemin jusqu’à ma cornée ! La bougresse ! Je ne pus m’en départir qu’à grand renfort d’eau. C’est fou qu’une bulle aussi discrète et insignifiante puisse altérer la vision…Une bulle… Une bulle… Je regardai la page d’accueil YouTube avec un regard nettoyé. Tiens tiens tiens ! Aurai-je négligé un détail ? Ces malignes bulles de filtres ! Où comment mon environnement au sein des réseaux sociaux est composé avec soin par un algorithme qui me connait mieux que moi-même. Il met ainsi en avant un contenu qui généra mon engagement (like, partage, commentaire), engagement sur lequel se base le prix des emplacements publicitaires : le temps de cerveau disponible 2.0 en somme. Ainsi, me voila virtuellement enfermé dans des recommandations qui vont capter mon attention d’autant plus facilement que les thématiques qui me tiennent à cœur sont aisément déductibles. Ainsi sont amalgamés des communautés de plusieurs vidéastes, ce qui favorise implicitement leurs collaborations, la création de communauté plus grandes et… L’effet de groupe.

Ça fait beaucoup de choses Cher Journal, il faut que je résume. D’abord, je m’intéresse à la zététique, au scepticisme ou j’ai été poussé dans cette direction, ce dont je ne me plains pas. Ensuite, j’essaye d’appliquer à moi-même cette philosophie pour devenir meilleur. Puis, à force de regarder ce type de contenu, Youtube m’en propose toujours plus. À la lecture des commentaires, mes opinions sont confirmées par beaucoup de gens. On se sent légitime, presque investi d’une mission. La cause est noble : que l’obscurantisme retourne à l’obscurité !  On est attaqué par la censure des croyants soient ignorants soient malhonnêtes. Quand des doutes sont levés sur ce qui pourrait être une forme d’hyper-scepticisme, des gardiens de la pensée (conscients de l’être ou non) rétorquent que si l’on applique correctement la méthode critique, on ne devrait pas sombrer dans de tels excès. C’est pas faux. Mais cela reste très difficile à réaliser et le risque d’en faire un argument irréfutable et/ou de générer un sentiment d’invulnérabilité est grand.

Je ne suis pas en train de dire que la mouvance sceptique en général est en train de se constituer en paroisse. Je me demande juste si je ne risque pas de devenir un gros casse-couille avec lequel on ne voudra plus parler. Ai-je une mission de lutte contre les croyances ? Est-ce que la fin justifie les moyens ? Plus largement, est-ce qu’il n’y a pas un glissement qui est en train de s’opérer entre la création de contenu ludique et pédagogique à celui de la condamnation pure et simple, aussi solide soit-elle ?

Je vais tâcher de mettre en place plusieurs choses. Déjà diminuer ma consommation de réseaux sociaux quitte à me faire un petit programme qui m’insulte en allemand si je dépasse un certain temps. Je vais limiter aussi les vidéos du même type et peut-être enfin limiter Youtube comme j’ai banni la télé il y a des années. Comme le met en avant Horizon Gull dans sa série de vidéos sur You… Raaaaaaaah ! Mais j’ai déjà échoué ?! Bref, je vais essayer de comprendre mieux et de juger moins. La croyance fait parti de la constitution de l’identité et la remettre en cause occasionne un processus douloureux. D’ailleurs, j’ai moi aussi mes croyances, celles que je ne détecte pas parce qu’elles passent pour des vérités. Bref, je vais faire comme Socrate, écouter plus, parler moins et poser des questions.

 

Photo du sketch des Monty Python dans lequel l'Inquisition apparait alors que personne ne s'y attendait. Au XXe siècle en même temps... Détournée pour en faire un flyer on eut y lire en majuscule : QUESTION COACHING PRO !!! SEMINAIRE SUR L'ART DE POSER LES BONNES QUESTIONS : - LA MAIEUTIQUE A LA PINCE MONSIEGNEUR - INVOQUER DES INTERETS SUPERIEURS - L'ENTRESOI POUR CONJURER LES CRITIQUES - REPANDRE DU SEL POUR PLUS DE CLICS 20% DE REDUC AVEC LE CODE CHERJOURNAL/GROSBISOUS
Hmmm…

 

 

Gros bisous.

 

 

SOURCES ET REFERENCES

Youtube :

 

Wikipédia :

 

Juger moins, comprendre plus Horizon Gull – Youtube donc :

 

Remerciements Deviantart :

 

Laisse donc un mot.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s